Contrôle social du sentiment d’injustice

La Théorie critique de la société doit s’appuyer sur des exigences morales qui sont déjà portées par les sujets sociaux. Max Horkheimer, fondateur de l’École de Francfort, a formulé ce point de départ méthodologique, au début des années 1930.

La critique comme réalité sociale

La Théorie critique est en droit d’opérer, uniquement si elle découvre que sa critique existe déjà comme réalité sociale. En effet, la réflexion théorique doit pouvoir déboucher sur une application pratique et favoriser l’émancipation des groupes ou des classes sociales qui sont concernés.

Voir notre article sur le matérialisme historique et l’émancipation des individusA ce titre, le matérialisme historique de K. Marx et F. Engels constitue un modèle exemplaire de théorie critique. Il s’appuie sur l’existence d’un intérêt pour l’émancipation qui est porté par la classe ouvrière. Sa théorie de l’exploitation et de la lutte des classes fournit des armes intellectuelles à un mouvement social qui est guidé a priori par une exigence morale.

Tirant les conséquences logiques de cette prémisse, Max Horkheimer en appelle à une coopération constante de la théorie critique avec la sociologie. En effet, l’analyse sociologique est seule à même de mettre au jour les revendications et les intérêts pour l’action qui sont déjà présents au sein de la société.

L’abandon de la lutte des classes

Or Axel Honneth relève que tout un pan du diagnostic social a abandonné cette tentative de rattacher sa critique à une exigence d’émancipation déjà opérante au sein de la société. Cet abandon résulterait d’un échec à identifier une demande sociale d’émancipation. Il est notoire au sein des théories qui portent sur la fin de la lutte des classes et qui envisagent le capitalisme tardif comme une « société unidimensionnelle » (H. Marcuse) ou comme un « monde totalement administré » (T.W. Adorno).

Ces approches avancent que l’interventionnisme étatique a éteint l’intérêt des salariés pour l’émancipation. Les compensations matérielles, en terme de revenus et de réduction du temps de travail, l’intégration des syndicats à l’agenda des politiques gouvernementales pro-capitalistes, le développement du consumérisme, entre autres mécanismes, auraient plongé la classe salariale dans une sorte de docilité apathique.

Les exigences morales que la classe ouvrière avait tirées de son expérience de l’exploitation auraient été abandonnées ou satisfaites. Toutefois, cette vision d’une domination capitaliste qui serait devenue consensuelle soulève des objections.

Contrôle social du sentiment d’injustice

Une de ces objections consiste à dire que les sentiments d’injustice sont toujours bel et bien présents mais qu’ils sont plus ou moins masqués par un contrôle social rigoureux. Pour que le consensus de l’exploitation de type capitaliste ne soit pas remis en cause, l’État et les entreprises mettent en œuvre différents processus de contrôle de la conscience morale des exploités. Ces processus visent à juguler les tentatives d’expression du sentiment d’injustice.

A ce propos, Axel Honneth distingue deux types de processus. Le processus d’exclusion culturelle cherche à priver les exploités de langage et des possibilités d’exprimer symboliquement leurs sentiments. Un deuxième type de processus tente d’individualiser le sentiment d’injustice. C’est le processus d’individualisation institutionnelle. Il aboutit au résultat que les sujets se sentent victimes d’injustices à titre individuel. En réalité, ils partagent leurs expériences d’injustice avec les autres membres de leur classe, mais ils ne le savent pas.

Processus d’exclusion culturelle

Le processus d’exclusion culturelle rassemble un ensemble de stratégies déployées par le biais des dispositifs d’éducation, au sein des médias et de l’espace politique public. Ces stratégies visent à paralyser la capacité d’expression des expériences d’injustice, chez les exploités et les dominés.

Parmi ces stratégies, il y a le déploiement d’un système linguistique visant à formaliser et dépersonnaliser les expériences d’injustice. Les chômeurs deviennent des demandeurs d’emplois, en attente de rebondir. Les fermetures d’entreprises et les mises au chômage massives deviennent des plans sociaux ou des restructurations… Ce type de discours, propagé par les médias, les institutions économiques et étatiques, exclut drastiquement l’injustice sociale du monde de la communication.

Lire sur ce thème notre article « Magie sociale: Jojo Gilet Jaune et les Imposteurs »Par ailleurs, les possibilités d’exprimer des réprobations sont strictement encadrées. Premièrement, on n’a pas le droit de tout dire. Deuxièmement, on ne peut pas parler de tout dans n’importe quelle circonstance. Et troisièmement, n’importe qui ne peut pas parler de n’importe quoi. La valeur de la parole dépend du statut du locuteur.

A ces différentes modalités de privation de langage, on peut ajouter tous les mécanismes de refoulement institutionnel des traditions et de l’histoire, liées aux mouvements sociaux et à leurs victoires. Pensons par exemple, à l’effacement progressif de la mémoire collective de la bataille politique menée par les adhérents du Parti communiste et de la CGT pour la création de La Sociale.

Processus d’individualisation

Les processus d’individualisation institutionnelle recouvrent l’ensemble des stratégies déployées pour prévenir toute communication sur des expériences communes d’injustice.

Au sein des entreprises ou dans la société civile, l’arsenal stratégique est très fourni : valorisation de la prise de risque individuelle et de l’esprit de compétition, destruction des liens de voisinage, mise en concurrence des différents services ou succursales au sein d’une même entreprise, recours au travail intérimaire ou à des prestataires externes et démultiplication des statuts pour éviter l’émergence de revendications collectives, réalisation d’aménagements urbains qui réduisent les possibilités de créer des espaces publics de classe…

On peut placer dans cette catégorie tous les processus qui sont destinés à atomiser les conditions et les expériences de vie et de travail. Cette atomisation est sensée conjurer la formulation collective de sentiments d’injustice sociale.

Notons que le mouvement des Gilets Jaunes a réussi à briser cette tentative d’atomisation. Les ronds-points, les manifestations, les assemblées populaires, les réseaux sociaux constituent autant de lieux où les participants exposent leurs expériences individuelles de l’injustice. Et c’est ainsi qu’ils sont en mesure de les reformuler comme des préjudices partagés, liés aux modalités de l’organisation sociale.

A n’en pas douter, la pandémie du covid-19 va constituer, constitue déjà, une occasion de formuler des exigences morales collectives. A voir, si le lien pourra être établi entre ces exigences contextuelles et la remise en cause des rapports sociaux d’exploitation qui structurent notre société?

L’enjeu de notre temps n’est pas l’augmentation des budgets alloués à la santé. Le véritable enjeu consiste à sortir la production des soins des rapports capitalistes et du giron de l’État. La Sécurité sociale et l’hôpital public doivent être gérés démocratiquement, par les parties prenantes et financés par la cotisation, tel que cela a été prévu à leur création en 1946.

La Théorie critique qui veut s’appuyer sur un intérêt pour l’émancipation déjà existant doit prendre en considération que les processus de contrôle social peuvent atténuer ou altérer la formulation de cet intérêt.

© Gilles Sarter

Couverture livre Erik Olin Wright et le pouvoir social

1 commentaire

Au 31 décembre 2017, le secteur hospitalier français était constitué de
3 046 structures disposant de capacités d’accueil en hospitalisation à temps complet (comptées en lits) ou à temps partiel (sans nuitée, comptées en places) : 1 364 établissements publics ; 1 002 cliniques privées à but lucratif ; et 680 structures privées à but non lucratif, dont 21 centres de lutte contre le cancer.

En 2017, les établissements de santé comptent un peu moins de
400 000 lits d’hospitalisation à temps complet, soit 69 000 lits en moins qu’en 2003 …
Ce mouvement traduit le virage ambulatoire enclenché par les pouvoirs publics et l’évolution de la prise en charge vers des alternatives à l’hospitalisation à temps complet . Les lits des unités de soins de longue durée (USLD) ont le plus fortement diminué, passant de 80 000 à 32 000 lits en 14 ans, en raison de la transformation de certaines unités en établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). 
À l’inverse, dans le secteur des soins de suite et de réadaptation (SSR), le nombre de lits est passé de 92 000 en 2003 à 106 000.

L’hospitalisation à temps partiel, passée de 49 000 places en 2003 à 75 000 en 2017. À noter : la progression de 18. 000 places en plus en médecine chirurgie et obstétrique, pour l’essentiel concentrée entre 2003 et 2017. 

La France compte 101 SAMU service d’aide médicale d’urgence, et 390 SMUR.service mobile d’urgence et réanimation .

Urgences : 21,4 millions de passages, record de fréquentation
En pleine crise des urgences, on constate un nouveau record de fréquentation dans les 713 services d’urgences adultes et pédiatriques en 2017 qui ont pris en charge 21,4 millions de passages, soit 2,1 % de plus qu’en 2016. Ces services sont répartis dans 637 hôpitaux et cliniques – certains établissements pouvant avoir une double autorisation pour des urgences généralistes et des urgences pédiatriques.

Alors que les dépenses de santé ont atteint en moyenne 3037 euros par personne en 2018 (+1,5%), le reste à charge du patient a atteint 214 euros soit 7,0 % en 2018, après 7,5 % en 2017 et 7,7 % en 2016. La forte hausse des prises en charge à 100 % au titre des affections de longues durées (ALD) explique en partie ce résultat.
En France, les dépenses de santé, évaluées à travers la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), s’est élevée à 203,5 milliards d’euros (+1,5%) en 2018 (8,6 % du PIB) mais elles n’ont jamais aussi peu pesé sur le porte-monnaie des Français.

203 milliards en France pour la santé ….( 8,5% du PIB ) ….trouvez un pays au monde où certains malades peuvent être pris en charge des années de soin à 100%
🔹on n’en fait pas assez ! Pas assez de masques, de matériel hydralcoolique, d’appareils respiratoires ) …les masques çà était une connerie de croire que les entreprises prendraient SERIEUSEMENT le relais et stockeraient un nombre excédentaire de masques…une connerie de croire que les médecins libéraux allaient gérer leur propre stock . ..et les Ephad et les ambulanciers et les aides à domicile ! En France quand on est dans la merde un seul recours : l’Etat ! Pour éviter de prendre ses propres responsabilités on l’appelle service public: il pense et il gère pour nous ! Peinards !
🔹Petit exercice à la Bigart ( le sketch de la chauve-souris) … supposons que j´étais directeur d’un centre hospitalier il y a un ou deux ans …j’ai un budget à gérer … je dispose de quinze lits de réanimation dans l’hôpital … est-ce que je vais en commander 5 de plus ( au cas où on aurait une épidémie ) ou vais je commander une réserve de médicaments pour le service d’oncologie ? Imagines ? Supposons qu’il y ait une épidémie mondiale et que 300.000 malades arrivent à l’hôpital … mais tous les jours arrivent des malades diagnostiqués cancéreux …🤫🤫quel aurait été mon choix raisonnablement ?
♦️Quelqu’un peut il citer un hopital français où une personne atteinte d’un cancer ait manqué de soins ? quelqu’un peut il me dire combien coûte la guérison d’un cancer au malade lui même ? …à l’hôpital ?
♦️🌿 203 milliards ! Pas assez … « la logique des gouvernements ultra libéraux que nous subissons ne sont préoccupés que par la gestion comptable! » gestion comptable ! la réalité n’est pas celle là ! Si certains hopitaux ne fonctionnent pas bien, c’est parce que les postes offerts ne sont pas pourvus ! ..pas de candidats ! Le nombre de postes occupés par des non européens progressent en Europe continuement.
♦️🌿 se promènent sur internet des tableaux avec les salaires comparés des infirmiers dans le monde …très bien…on y déplore que nous ne soyons pas dans les meilleurs ! …alignons nous sur le n° 5 par exemple Ok …mais s’il vous plait indiquez aussi alors combien nous devrons cotiser plus pour y arriver !
🔶🔶🔶🔶🔶ceux qui critiquent le soin français et sa gouvernance sont victimes du virus MARCHAND ! Au lieu de se comporter comme des citoyens et rechercher comment fonctionne et combien coûte ce service au public, sa complexité, les choix à faire etc…. ils se comportent en CLIENTS insatisfaits du service marchand qui ne leur donne pas à eux satisfaction : .l’hopital-amazon! Délais courts services sur mesure et si je ne suis pas content je renvoie …et je choisis une autre marque !
♦️♦️♦️♦️♦️203 milliards , 8,5% du PIB …♦️♦️♦️♦️♦️♦️
gestion comptable ?… la santé n’a pas de prix mais elle a un coût ! Et, chez nous, tous y ont accès !

Laisser un commentaire